fbpx

Est-ce une bonne période pour investir en France ?

Tatou Team

Les astuces de la location courte durée

Vous n’êtes pas sans savoir que le marché immobilier reste un des investissements les plus prolifiques à long terme. Depuis quelques années, le secteur de l’immobilier se porte d’ailleurs relativement bien, attirant de nombreux investisseurs. Comparativement à la période compliquée que subissent les marchés financiers et les différents placements à taux toujours très faibles, l’immobilier reste un placement intelligent. Toutefois, les prix restent élevés et continuent d’évoluer dans le même sens dans la plupart des grandes villes de France. En connaissances de tous ces faits, la période est-elle bonne pour investir dans l’immobilier ?

 

 

 

Des taux d’emprunts historiquement faibles

 

Pour commencer, il faut savoir que même si le rendement locatif diminue c’est un indicateur primordial auquel vous devez être attentif dans chaque projet d’investissement locatif. Ce rendement locatif s’exprime en pourcentage. … Le rendement locatif, aussi appelé rentabilité locative, est une notion clé dans toute stratégie d’investissement immobilier.  Il reste cependant très honorable, variant entre 2 et 5 % par an selon la localisation.

 

L’autre point positif concerne le crédit. Effectivement, la majorité de ces investissements se font au crédit, ceux-ci dépendant du taux d’intérêt. L’avantage de la période constitue un taux d’intérêt relativement stable et bas, ce qui d’un premier abord, favorise l’investissement et donc un prêt à moindre surplus. Pour un endettement compris entre 10 et 25 ans, les taux seront le plus souvent compris entre 0,50% et 1,20%. Toutefois, ces taux ont atteint des seuils historiquement bas ce qui laisse présager une remontée progressive, notamment à cause de l’allongement de la durée du remboursement. Tout cela est à prendre avec des pincettes puisque ce ne sont que des projections, néanmoins il est pertinent de rester vigilant.

 

 

Une défiscalisation intéressante

 

En 2019, l’autre facteur important à prendre en compte est l’intérêt des avantages fiscaux offerts par les dispositifs Pinel (prolongé jusqu’en 2021), Censi-Bouvard, Duflot ou Scellier. Réservés aux investisseurs en locatif dans le neuf, ceux-ci permettent de profiter d’une réduction d’impôt variant selon la durée de location. Toutefois, en 2019, le prélèvement à la source n’intégrera pas ces avantages fiscaux. Cependant, le montant dû au titre du dispositif choisi n’est pas perdu, 60 % de la défiscalisation sera versée en janvier et le reste en août.

 

 

Des prix en pleine croissance

 

Enfin, l’autre facteur un peu plus délicat résulte dans le fait que la conjoncture immobilière se veut croissante… certainement dû à un dynamisme des ventes sur l’année 2018 (970.000 logements ont été vendus en 2018 effaçant le record de 2017 : 968 000). Cette augmentation s’accompagne alors d’une hausse des prix de 3,2 % en 2018 au plan national. Toutefois, on constate une certaine inégalité selon sa localisation : pour le document des notaires, 45 % des départements connaissent une hausse du prix des appartements, 40 % affichent une baisse, 15 % restant stables. Pour être plus précis, certaines villes sont directement concernées : les prix des appartements à Toulouse, Bordeaux, Rennes, Nantes et Bordeaux continueront de progresser entre 5 et 10 % par an. A Marseille et Montpellier, à l’inverse, les prix se stabiliseront.

 

En conclusion, la dynamique actuelle prévoit des taux d’emprunt très intéressants qui constituent un avantage considérable. Ajouté à cela une dynamique fiscale favorisant l’investissement, les feux semblent au vert. Cependant, il faut être attentif à toutes variations, ces facteurs n’étant pas linéaires. Le prix de l’immobilier dans certaines villes et une hausse subite des taux d’intérêt pourraient vite venir contrecarrer ces avantages…

Partager cette publication
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin